BLOG >
Flexibilité et conciliation travail-vie personnelle
par Heidi Yetman, présidente  |  3/29/2017

La flexibilité et la conciliation travail-vie personnelle font couramment partie des sujets de conversation depuis l'entrée au pouvoir de Justin Trudeau comme Premier ministre du gouvernement libéral au Canada. Lors de sa campagne électorale, Trudeau a promis de modifier le Code canadien du travail pour permettre aux travailleurs de demander un horaire de travail flexible à leurs employeurs et pour augmenter la durée des congés parentaux. L'an dernier, lors de son séjour au Japon à l'occasion du Sommet du Groupe des sept, Trudeau a pris une journée de congé pour célébrer son anniversaire de mariage avec son épouse Sophie. « J'ai souvent parlé de cet équilibre entre vie professionnelle et vie privée que je considère essentiel afin d'être en mesure de servir le pays du mieux possible. Nous allons continuer à le faire, je vous l'assure», dit le Premier ministre. Trudeau tente également d'introduire des reformes parlementaires qui permettraient plus de flexibilité en matière d'heures de travail à la Chambre des Communes pour favoriser le temps en famille. Il aimerait modifier les heures de séance, voter plus tôt dans la journée et éliminer complètement les séances le vendredi. Ceci permettrait aux députés d'avoir plus de temps pour leur famille les weekends.

La Suède a raccourci la semaine de travail de façon expérimentale et l'expérience a démontré que les employés sont plus heureux, se sentent en meilleure santé et sont plus productifs. Des semaines plus courtes peuvent épargner de l'argent aux employeurs à long terme; si les employés sont en meilleure santé, ils prendront moins de journées de congé pour maladie et il y aura moins d'absentéisme. De plus, d'autres emplois seraient créés favorisant ainsi l'économie.

Lors d'une recherche portant sur l'équilibre entre le travail et le bien-être familial effectuée au Canada en 2012 par des chercheurs des universités Carleton et Western University, il a été établi que les demandes sur le plan professionnel ont augmenté et que la flexibilité sur le plan du travail a diminué. Étant donné que le stress relié au travail augmente, le taux d'absentéisme augmente également et la productivité des travailleurs diminue. De plus, au Canada, les femmes sont toujours responsables des tâches domestiques ou des tâches non rémunérées, en moyenne une fois et demie de plus que les hommes. (Kramer, 2013).

Je me souviens que ma mère était venue de Winnipeg me rendre visite durant l'année scolaire alors que j'étais tout juste mariée et au début de ma carrière d'enseignante. Chaque soir, après le souper, je prenais place à mon ordinateur pour préparer ma journée du lendemain. Ma mère, après avoir remarqué que je travaillais ainsi tous les soirs, déclara : « C'est fou ton travail! Tu n'as pas de vie! » Après cinq ans d'enseignement, j'attendais mon premier enfant. Mon retour au travail après l'accouchement au même rythme était impensable. Je suis retournée au travail après un an de congé de maternité, mais à mi-temps. Ce congé partiel a été essentiel à ma survie; il m'a permis de faire un meilleur travail en tant qu'enseignante et surtout en tant que mère de famille (voir photo ci-haut prise il y a dix ans).

Je crois qu'une des raisons pour les femmes de choisir l'enseignement comme carrière est que cet emploi leur permet plus de flexibilité. Les horaires des enseignants sont parallèles aux horaires de leurs enfants, leur permettant d'avoir les mêmes congés et de passer l'été ensemble. Il n'y a pas de raison pour les enseignants de chercher des camps de jour pour leurs enfants l'été ou durant la relâche scolaire. Il semble que de plus en plus, les enseignants recherchent des postes à temps partiel pour leur permettre de concilier travail et vie familiale ou encore pour avoir tout simplement une meilleure qualité de vie. Malheureusement, je me rends compte que plusieurs directeurs de la commission scolaire, qui sont en grand nombre des hommes, ne sont pas en faveur d'octroyer des postes à temps partiel. Ils croient qu'enseigner est un emploi à temps plein. Ils ne semblent pas comprendre les bénéfices d'engager des employés à temps partiel.

Aujourd'hui, comme leader syndicale à l'aube des négociations locales, j'ai la chance d'apporter des changements et de tenter de faire une différence. Mon but est de lutter pour que les enseignants profitent d'une meilleure conciliation travail-vie personnelle.

Heidi Yetman

Références :

http://www.bfmtv.com/international/en-plein-g7-justin-trudeau-prend-un-jour-de-conge-pour-celebrer-son-anniversaire-de-mariage-977766.html

http://www.cnewsmatin.fr/economie/2015-09-30/les-suedois-testent-la-journee-de-6-heures-de-travail-712311

http://www.terrafemina.com/article/en-suede-on-experimente-la-journee-de-6-heures-et-ca-marche_a287517/1

http://www.independent.co.uk/news/world/europe/sweden-introduces-six-hour-work-day-a6674646.html

Kramer, Peter. "Women Happier with Flexible Work Hours: Study." Edmonton Journal (2013): n. pag. ProQuest Central,Canadian Major Dailies. Web. 5 July 2016.